L'actu du club

L'INCROYABLE JOURNEE DE PAULINE CHASSELIN

créée par Article Maxime Rodhain Le Républicain Lorrain |

Un Open de Pologne réussi et un billet quasiment dans la poche pour la finale de la Coupe d’Europe ETTU avec le Metz TT, le tout dans des conditions exceptionnelles. Pauline Chasselin s’en souviendra.

 

À quoi pensez-vous au bout de cette semaine, marquée par un quart de finale avorté en Pro Tour à l’Open de Pologne et une qualification quasiment acquise pour la finale de la Coupe d’Europe ETTU après la victoire du Metz TT à Taganrog (3-0), samedi  ? « Avant tout, de la satisfaction. C’est le premier Pro Tour où j’atteins les quarts de finale. C’est incroyable ! Je sors de poule, je bats une Coréenne. Dans le tableau, je joue la Tchèque Matelova, je gagne contre la Slovaque Kukulkova, pas évident. Et sur Sato, la Japonaise 16e mondiale, j’ai créé l’exploit. »

• Que s’est-il passé ? « La veille, je me suis dit que j’avais les moyens de gagner. Pourtant, je n’avais jamais vraiment battu de défenseuse jusqu’à présent. J’ai eu comme une illumination. Je suis arrivée sans pression, c’était elle la favorite. J’ai été très patiente. C’était mon jour de chance. J’ai encore du mal à réaliser. Malheureusement, j’ai dû déclarer forfait pour le quart de finale afin de rejoindre mon équipe en Russie. »

• Comment s’est passée la transition ? « Je ne savais pas trop quoi faire. J’ai appelé Loïc (Belguise) en catastrophe, il ne voulait pas que j’abandonne. On a changé mes billets d’avion quand je me suis qualifiée pour les huitièmes. Il me dit alors de me faire plaisir sur Sato. Et, surprise, je gagne ! Là, j’ai dû prendre seule ma décision, tout le monde était déjà dans l’avion. D’un côté, je suis salariée du Metz TT. Si je suis absente à Taganrog, le club reçoit une amende de 5 000 € et une possible suspension la saison suivante. Beaucoup de choses se sont bousculées dans ma tête au moment où j’ai réussi la plus grosse perf de ma carrière. »

• Et à Taganrog, votre adversaire a abandonné… « Je suis dégoûtée. Je n’ai pas pu défendre mes chances jusqu’au bout à l’Open de Pologne. C’était inenvisageable au début de la semaine, sachant que je n’avais jamais passé un premier tour en Pro Tour seniors. J’ai pleuré parce que j’ai eu beaucoup de stress en peu de temps, tout est retombé d’un coup. À la fin du match, on a quasiment assuré notre qualification pour la finale de la Coupe d’Europe. Sur l’instant, en tout cas, je n’ai pas pu savourer la victoire comme on aurait dû. Il y a un sentiment d’injustice, un peu… Mais je suis une joueuse d’équipe et c’était important pour moi et le club de ne pas déclarer forfait. »

• Est-ce une semaine qui va compter dans le futur ? « Ah oui ! Ç’a été une semaine chargée en émotion. En plus, j’ai appris que j’étais qualifiée pour les championnats d’Europe (en septembre en Espagne). Je me rapproche aussi des championnats du monde. Mais je n’ai pas envie de m’arrêter là. J’enchaîne dès mardi avec l’Open d’Allemagne, j’ai à cœur de faire une petite perf ! »

• Le regard des autres sur vous va-t-il changer ? « Mon exploit n’est pas passé inaperçu dans le monde du ping. On dit que c’est un des plus gros des vingt dernières années parce que je suis 195emondiale et Sato 16e. C’est plutôt positif si on fait attention à moi mais ça ne changera rien du tout à ma manière de travailler. C’est une belle perf. J’espère qu’il y en aura d’autres. Mon objectif reste la qualification aux Jeux Olympiques de Tokyo. »

Maxime RODHAIN.

Retour