L'actu du club

Metz TT est aussi capable du meilleur !

Créée par JEAN CHRISTOPHE FRAISSE |

Liu Xin se retourne vers le banc messin qui exulte : le Metz TT jouera le mois prochain, pous le deuxième fois de son histoire, les demi-finales de la Coupe d’Europe ETTU, trois ans après avoir atteint la finale. Photo Jean-Christophe FRAISSE

En l’espace d’une semaine, le Metz TT est passé par toutes les émotions. Il s’est d’abord autorisé à rêver à une demi-finale européenne en venant à bout de Hodonin (3-2), au complexe Saint-Symphorien, voici neuf jours. Mardi, il a encaissé un KO par Lys/Lille Métropole (2-3), devant son public, et abandonné sa couronne de champion de France en Pro A. Enfin, soixante-douze heures plus tard, il a retrouvé le sourire en réussissant l’exploit d’éliminer la formation tchèque dans son antre en quart de finale de la Coupe d’Europe ETTU (3-1). Ce Metz-là est insondable. Et les joueuses de Loïc Belguise ont suffisamment goûté au pire en championnat pour savourer sans modération leur présence dans le dernier carré de l’épreuve continentale.

« C’est bien de gagner de cette manière »

Deux rencontres à peine ont suffi aux Messines, au retour en Tchéquie, pour atteindre l’objectif fixé en début de saison par leur capitaine. Carole Grundsich a ouvert les hostilités devant Lin Guo. L’ancienne leader de l’équipe de France a réalisé une prestation irréprochable pour se payer la Chinoise de Hodonin. Appliquée, respectueuse des consignes, elle n’a pas tremblé à la belle pour lancer le Metz TT sur la voie royale. Liu Xin n’en demandait pas tant. La Chinoise du clan lorrain n’a fait qu’une bouchée de Natalia Partyka, comme à domicile. La Polonaise, multiple championne paralympique, n’a pas été en mesure de repousser l’échéance. Elle a simplement accepté la supériorité de son adversaire, qui s’est retournée vers son banc aux anges.

«  C’est fini  », soufflait alors Loïc Belguise, certain de ses comptes. En menant 19 sets à 9, le Metz TT ne pouvait plus être rejoint, même en perdant les trois derniers matches. La suite relevait donc de l’anecdote. «  Mais je veux qu’on gagne  », lançait alors l’entraîneur messin à son trio. Qui a exécuté l’ordre sans sourciller. Pauline Chasselin, gênée par Renata Strbikova, a laissé le soin à Liu Xin de conclure la soirée. La Chinoise s’est montrée, une fois de plus impeccable, devant sa compatriote Lin Guo. Une victoire trois manches à rien pour mettre un terme à cette soirée.

«  C’est bien de gagner de cette manière, sans compter les sets  », appréciait Loïc Belguise, après avoir félicité une à une ses joueuses. «  C’est une qualification méritée sur l’ensemble des deux matches, on a gagné à chaque fois, il n’y a rien à dire.  » Face à une équipe éliminée de la phase de poule de la Ligue des Champions en décembre, c’était loin d’être gagné. Encore plus ces jours-ci. «  Les filles m’ont surpris dans leur capacité de réaction, pas en terme de niveau de jeu. Ça, elles l’ont depuis le débu t, assure le technicien lorrain. Mais il faut bien se rendre compte que la Pro A est le championnat le plus relevé d’Europe. C’est la réalité : Metz, demi-finaliste de la Coupe ETTU, et Saint-Quentin, quart de finaliste de la Ligue des Champions sont actuellement avant-derniers…  »

A Hodonin, Maxime RODHAIN.

 

 

Retour